• Jeudi, 22 avril, 2021 - 00:0023:45
  • Vendredi, 23 avril, 2021 - 00:0023:45
  • Samedi, 24 avril, 2021 - 00:0023:45
  • Dimanche, 25 avril, 2021 - 00:0023:45

Installation

Showroom 2

  • Durant les heures d'ouverture

 

Entrée libre avec ticket d'exposition

 

Freeze - Concrete Thoughts

Nick Steur

© Yannick Sas

Spécialement pour les tout derniers jours de l’exposition dans l’ancien showroom Citroën, Nick Steur a réalisé une nouvelle installation en gravats d’une puissante fragilité. Lors de la première phase de rénovation de KANAL, il s’est employé à rassembler des matériaux issus de la structure du bâtiment pour en faire naître une sculpture de débris méticuleusement équilibrés. Par sa concentration intense, l’auteur recherche une harmonie éphémère et insuffle, l’espace de quelques instants, une nouvelle vie à ces vieux matériaux condamnés à l’oubli. Avec un geste à la précision chirurgicale, il met en scène une relation intime entre le temps et l’architecture. L’attention qu’il porte à la matière et à ses reflets dans l’eau, son sujet d’expérimentation dans le cadre de l’exposition KANAL, nous invite à nous arrêter un moment, voire à pénétrer dans un espace où c’est le temps lui-même qui semble figé.

 

 

"Se figer : Devenir immobile, comme par surprise ou par attention. Devenir incapable d’agir ou de parler, cesser tout mouvement. Cesser le progrès. Préserver. Lorsque nous arrêtons le mouvement, nous préservons. Lorsque nous nous arrêtons, tout semble bouger plus vite autour de nous. Lorsque je me concentre sur une pierre, tout le reste peut disparaître. Je peux être véritablement là, voir son tranchant, sentir son poids. Je peux sentir son point de basculement et admirer sa tranquillité. Nous ne pouvons jamais être aussi silencieux. J’imagine que cette pierre voit plus de choses que je ne pourrai jamais en voir, car elle est, la plupart du temps, immobile. Elle pourrait faire l’expérience de ce monde. Je ne peux pas franchir sa porte. Je ne peux pas la pénétrer. La pierre ne fait pas l’expérience d’un intérieur ou d’un extérieur et n’a donc pas vraiment besoin d’une porte. Elle n’a pas besoin de m’exclure. Je peux la retourner, l’observer sous tous les angles et imaginer son centre de gravité, toutes les lignes théoriques traversant son cœur, je veux dire son centre. On peut faire se toucher deux pierres. On peut la jeter dans l’océan. L’eau fait de la place à la pierre et la pierre ne doit pas lutter pour cet espace. Je peux imaginer que dans des milliers d’années, elle se sera érodée en des milliers de grains de sable. Même à ce moment-là, les grains n’auront pas de porte et cette idée m’attriste. Je l’admire parce qu’elle ne désire rien, parce qu’elle n’a pas besoin de reconnaissance ou de possession ou de porte. J’imagine qu’elle ne connaît aucune limite. J’aimerais ne connaître aucune limite. J’aimerais pouvoir devenir immobile. J’aimerais pouvoir me figer." Nick Steur