• Jeudi, 24 septembre, 2020 Dimanche, 27 décembre, 2020  

Projection

Showroom 5

Horaires d'ouverture:  
jeudi > dimanche 11:00 - 19:00

 

  • entrée libre avec ticket d'exposition

Isabelle Cornaro

© Hugard & Vanoverschelde ©️ Fondation/Stichting KANAL

Réinvestissant les problématiques de l’ornemental et du readymade, les films d’Isabelle Cornaro révèlent le potentiel qu’ont les objets trouvés à produire des récits symboliques et idéologiques.

 

Dans ses films, Isabelle Cornaro (née en 1974) emploie des objets trouvés qu'elle confronte à des motifs ou des gestes empruntés à l’histoire de l’art. Lauréate du Prix Ricard en 2010, cette historienne de l'art de formation, spécialisée dans le maniérisme européen du XVIe siècle, explore à travers différent médium (peinture, sculpture, film et installation) la manière dont l’histoire culturelle occidentale conditionne la perception matérielle et sensible du monde. Convoquant un réseau de références dense et érudit, son langage visuel fait dialoguer l’iconographie savante (du baroque à l’abstraction moderniste) et la culture populaire (de la caricature au cinéma de genre) afin de formuler une analyse des systèmes de représentation, de reproduction et de traduction des images. Réalisés sur support argentique 16mm, de format court et silencieux, ses films interrogent la valeur esthétique, sociale, et politique des objets, ainsi que leur statut de marchandise, de fétiche ou d’œuvre d’art. En réinvestissant les problématiques de l’ornemental et du readymade, Isabelle Cornaro révèle le potentiel qu’ont ces objets à produire des récits symboliques et idéologiques. À la croisée du cinéma abstrait des avant-gardes historiques et de la peinture de paysage, ces expérimentations cinématographiques mobilisent un ensemble de gestes et d’actions conduisant à dépasser la nature figée de la composition pour l’ouvrir à sa dimension processuelle. Qu’ils soient présentés séparément ou spatialisés sous forme d’installation, les films de l’artiste invitent le visiteur à faire l’expérience d’une perception sans cesse changeante. S’affranchissant du montage linéaire et progressif au profit d’une structure répétitive et combinatoire, l’artiste accumule, expérimentation après expérimentation, un ensemble de compositions autonomes dont elle rejoue la scénographie dans la perspective de la galerie.